logo communaute valdille 2015

visuel tepcv

Forte de son volontarisme, la Communauté de Communes a répondu à l'appel à projets lancé par le Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie et a été reconnu Territoire à Energie Positive pour une Croissance Verte en septembre 2015.

La convention signée avec l'Etat a permis de dégager une enveloppe de 500 000 euros destinée à cofinancer l'acquisition de véhicules électriques, l'aménagement d'une piste cyclable, de 2 zones humides et le renforcement de la filière bois énergie.

La convention prévoit :

  • • l'acquisition de véhicules utilitaires électriques pour les communes et le Val d'Ille, ainsi que des vélos à assistance électrique pour renforcer le service de location et des scooters électriques pour le Point Accueil Emploi,
  • • une expérimentation d'autopartage sera lancée d'ici fin 2016 avec 2 Renault Zoé,
  • • la réalisation de nouveaux aménagements modes doux, et de nouveaux aménagements de zones humides pour préserver la biodiversité,
  • • l'étude et la construction d'une plateforme bois biomasse énergie. Des travaux de rénovation du patrimoine public communal, pour un budget de plus de 1 million d'euros.

Des bâtiments communautaires exemplaires

pole2012

Un bâtiment à énergie positive (BEPOS) produit plus d'énergie qu'il n'en consomme (valeur estimée à -4 kWh/m/an d'énergie primaire). La consommation théorique du bâtiment est de 38 kWh/m2/an d'EP.


Comment atteindre ce niveau de performance ?

  • • Un bâtiment en biobriques ; avec isolation extérieure en laine de bois ; toiture partiellement végétalisée ; traité de façon bioclimatique (orienté sud, inséré dans la pente du terrain pour éviter les vents du Nord).
    • Des matériaux sains : beaucoup de bois, lino, carrelage recyclé, etc.
    • Les éclairages sont basse consommation avec extinction et allumage automatiques, et régulation de l'éclairement en fonction de l'intensité lumineuse extérieure (réglages manuels également possibles).
    • Du chauffage au bois bûche : nous produisons nos propres bûches via le programme Breizh Bocage et le chantier d'insertion. La chaudière a une puissance de seulement 34 kW (comme une maison particulière).
    • 5000 L d'eau de pluie sont récupérés chaque année pour les sanitaires et l'arrosage extérieur.
    • Une éolienne de 10 kW injectera directement de l'électricité directement dans le bâtiment.
    • Une centrale solaire photovoltaïque de 145 m2 pour 18 kWc puissance a été installée, ainsi que 2,5 m2 de panneaux solaires thermiques pour l'eau chaude.

Et combien ça coûte ?

Le coût du bâtiment, hors les aménagements extérieurs et les équipements pour la production d'énergies renouvelables, est de 1338 € HT/m2. Ce coût est dans la fourchette des bâtiments tertiaires classiques, estimée entre 1200 à 1400 €.

ehpad 6 2
L'EHPAD de Guipel

Un partenariat dans la durée avec l'ALEC

Le Val d'Ille est partenaire de l'Agence Locale de l'Energie et du Climat du Pays de Rennes.
Il souscrit au service de conseil en énergie partagé et cofinance 50 % de l'adhésion des communes à ce service : cela permet d'avoir un suivi des consommations d'énergie et d'eau sur l'ensemble du patrimoine public, de réaliser des diagnostics sur des bâtiments communaux et intercommunaux et de me mettre en œuvre des actions d'animation locale tels que les forums habitat énergie.

Plus d'infos sur l'Espace Info Energie ou http://www.bretagne-energie.fr/

clenumero btgneenergie bretagne

 

Respect de la Convention des maires

com webEn signant la Convention des maires en février 2009, le Val d'Ille s'est engagé à réduire ses émissions de CO2 de plus de 20% d'ici 2020, grâce à une augmentation de 20% de l'efficacité énergétique et à une part de 20% d'énergie produite à partir de sources renouvelables.

L'ensemble des 10 communes du Val d'Ille ont également signé la convention.

Consulter le texte référence de la Convention des maires

 

Les projets réalisés

En 2012, la communauté de communes s'est lancé dans deux nouveaux projets structurants sur l'énergie et le climat, dans l'optique de devenir un territoire à énergie positive d'ici 2030 :

  • • Le projet de Boucle Energétique Locale.
  • • Le projet GREENFIT, sélectionné dans le cadre du programme européen de coopération transfrontalière INTERREG IV A France (Manche) – Angleterre, cofinancé par le FEDER.

Une boucle énergique locale

Lauréate du 1er appel à projets régional sur le développement de boucles énergétiques locales, avec 4 autres territoires bretons, elle s'est engagée à développer des actions autour de 3 grands axes :

  • • La maîtrise de l’énergie.
    • La valorisation des énergies renouvelables.
    • Une meilleure adéquation entre les besoins, une fois les économies réalisées, et la production locale d’énergie (volumes, périodicités).

Dans le secteur résidentiel, 6 zones étaient ciblées (centre bourg, lotissements, hameau) dans différentes communes, sur lesquelles sont expérimentées des équipements de mesure et de régulation de la consommation et de la production d'énergie. Des personnes habitant ces zones ont pris part à cette initiative à travers l'équipement de leurs foyers, et la participation à des rencontres animées par l'Agence Locale de l'Energie et du Climat du Pays de Rennes.

L'ensemble des 60 foyers a réussi à économiser environ 30 % d'énergie électrique pendant la période du projet (hors chauffage).
Débrancher les appareils, éteindre les veilles, dépoussiérer et dégivrer son frigo, optimiser l'espace dans le congélateur ou le frigo pour éviter l'utilisation d'un 2e équipement, limiter le temps sous la douche, limiter la température d'utilisation des machines à laver, etc. Autant d'écogestes qui, réunis, ont permis d'atteindre cette belle performance.
C'est l'implication de tous les participants qui a fait la réussite de ce projet.
Cela montre que sur le Val d'Ille, il existe un gisement d'économies d'énergie important à mobiliser à travers ces petits gestes du quotidien et ces équipements.
Retrouvez toutes les informations sur ce projet dans le rapport final BeL

Dans le secteur agricole, plusieurs rencontres techniques ont été proposées, avec des témoignages d'agriculteurs et l'intervention de professionnels : sur le bois énergie, sur les équipements en salle de traite permettant des économies d'énergie, sur l'optimisation de la ration alimentaire.

Le Projet GreenFit

Dans les zones d'activités, le projet GreenFit prendra le relais.

interreg bloc marque horizontal 8000

Suite à cette première phase d'étude-action, qui finira au printemps 2014, l'enjeu est d'aboutir à un plan d'actions à court, moyen et long termes, qui intégrera les projets déjà amorcés, en particulier l'étude pré-opérationnelle pour une opération programmée de rénovation de l'habitat, et la valorisation énergétique de la biomasse.

En savoir plus :
Michel Janssens
(Autonomie énergétique) - 02 99 69 86 80 - envoyer un mail
Soazig Rouillard (Mobilités, Energie, Climat) - 02 99 69 86 05 - envoyer un mail